L’été s’étiole mollement, la reprise n’est pas loin et plutôt que de gloser sur les lieux de villégiatures de nos artistes, façon Closer, SK a préféré leur demander qu’elle avait été la bande son de leurs vacances parfois studieuses. Et l’on découvre d’autres passions que la musique…


Au programme, les playlists de :

  • partie 1 : Monsieur Roux, The Fat Bastard GangBand, Arthur H, Hospital Ships
  • partie 2 : Marc Daumail, Joseph Elm, Bertrand Blanchard, Cyrille Bonin
  • partie 3 : Stéphane Duchêne, François Audigier, Cédric Rassat, Zak Laughed
  • partie 4 : Cyrz, Raoul Tellier, Arcwest, Siobhan Wilson
  • partie 5 : Maria Rockmore, Coming Soon, Adam Cotton, Turner Cody
  • partie 6 : Frédéric Bobin, Guillaume Ducongé, Over the Snare, Ceddy Gonod
  • partie 7 : Ronan Siri, Fabien Hyvernaud, Yannick BRG, Deja Vu
  • partie 8 : Hugo Clarence, Guillaume Cantillon, Jean-Baptiste Maunier, Christophe Pie

Monsieur Roux

Le précédent disque de Monsieur Roux aurait du sortir cette année, il se nommait Un été caniculaire. Son nouvel album possède un joli slogan, L’illégalité joyeuse, il sort le 4 novembre.

  1. Alain Peters : Rest’ la maloya
  2. J’ai découvert Alain Peters grâce à Piers Faccini qui le reprend en concert. J’aime particulièrement cette chanson qui mélange le rythme maloya, un sens de la mélodie certain et des paroles très touchantes.

  3. Sébastien Lacombe : Taximan
  4. Sébastien Lacombe est un chanteur québecois qui sort ces jours-ci son nouvel album au Canada. Et j’aime Sébastien Lacombe, les chauffeurs de taxi de Dakar et cette chanson. Et le clip est top.

  5. Brigitte Fontaine : Prohibition
  6. Il y a dans les textes de Brigitte Fontaine une vraie poésie et une humanité qui transpire derrière l’image de folle qu’elle peut véhiculer. Notamment dans cette chanson qui me donne envie de pleurer et de rouler des pelles à des vieilles dans la rue.

  7. Blur : Under the Westway
  8. Avec cette chanson si anglaise, Damon Albarn nous rappelle qui est le daron de la pop et que la pop anglaise, c’est définitivement comme le vin français. Allez, je vais me boire une bière.

  9. Pierre C : L’intégrale de sa discographie

Pierre C est le secret le mieux gardé de la chanson française. Qu’un chanteur comme ça est pu passer entre les mailles du filets de la reconnaissance montre bien que… rien… Personnellement j’adore ces chansons. Mais en ce moment, j’ai une petite préférence pour « L’addiction douce ». Une leçon d’hédonisme. Enfin, je crois.

The Fat Bastard GangBand

« C’est donc à nous Bâtards de vous offrir notre top 5 de l’été…. En petite intro on vous offre déjà notre anti Top 3 :

  1. Valls avec les Roms (et tous les autres), les expulsions qui continuent.
  2. Tous les lieux qui ne rouvriront pas à la rentrée, fermés part le manque d’aides, de moyens, ou par des plaintes ou autres nuisances légales.
  3. L’incarcération des Pussy Riot à Moscou pour outrage au Saint Pouvoir, une preuve encore que l’Église a bien du mal à lâcher les bottes des dictateurs, mais pas à les lécher.
  1. Les Becs Bien Zen – Peau d’homme
    Le tout frais tout nouvel album des copains des Becs Bien Zen est une vraie tuerie !! Entre Rock, Chanson, Musique Psychédélique, on sent leur style se forger et s’approfondir album après album. C’est déjà en écoutant leur précédent opus « A la force du vent » que l’on a décidé où et avec qui enregistrer le nôtre (No Border – 23 Oct. 2012).
  2. La tournée de cet été

    Entre Barcelone, Berlin, Genève, le Festival Wooodstower et des festoches plus Hippies / Alterno comme le Festival des Violettes (07) où on a croisé et pu partager la scène avec plein de copains (Poutrelles Fever notamment), on a vraiment passé un été de concerts excitant. En plus la quasi totalité de la tournée s’est déroulée au bord d’océans, de lacs, de rivières tous plus beaux les uns que les autre… on est pas loin de Byzance !

  3. A State of Mind (ASM) – the Crown Yard
    Ces gars là ont véritablement défoncé la Grande Scène du Démon d’or 2012, que nous partagions avec eux et PuppetMastaz ce soir là. Et franchement les mecs sont humainement à la hauteur de leur son et de leur show ! Sans parler de leur section cuivre qui nous a tous laissés pantois pendant les balances…
  4. Le Réparateur
    En tournée cet été, le Réparateur a encore une fois arraché le bitume partout où il est passé !
  5. Aziz Sahmaoui & the University of Gnawa – Maktoube
    La chanson parle d’une femme, Fatima, qui a eu beaucoup de problèmes et qui s’est faite immoler. En arabe, « maktoube » veut dire « le destin ». Ils jouaient à Woodstower le lendemain de notre concert. Un moment fort.

Voila, profitez bien des derniers jours de l’été bande de Bâtards, et surtout ne soyez pas trop sages cette année !!

Arthur H

  1. Le dictateur de Sacha Baron Cohen : Mon idole, dynamite métaphysique, rien ne repousse sur son passage :
  2. I’m new here de Gill Scott Heron : Un disque sobre, dépouillé, décharné, une boucle électro et de le poésie, élégance intégrale
  3. 2001 de Docteur Dre : Pour frimer dans la voiture, retour de la Baie des Singes à Marseille, fenêtre de voiture grande ouverte, volume à fond !
  4. Dragon de Tonnerre, ma vie avec Chogyam Trungpa de Diana Mukpo : La vie poétique d’un grand maitre tibétain adepte de la folle sagesse vu par sa femme, discipline, alcoolisme et connaissance, passionant.
  5. Vodka Fraise de Zaza Fournier : Une chanson sexy, ambigu et vénéneuse, grande classe !

Hospital Ships

Jordan Geiger a mêlé lectures, agapes et sons :

  1. Suttree by Cormac McCarthy & Tortilla Flat by John Steinbeck. I’ve read these every summer for the last 4 years. I took this year off because the irresponsible lifestyle these books encourage would have really put me over the edge, mentally speaking. Maybe I’ll make it a fall thing this year. Perfect for when you are taking the fickle, senseless thing we call life too seriously.
  2. Swing Lo Magellan by Dirty Projectors. I wasn’t that into this bands records in the past, although they melted my brain with their live show. This record is the perfect summer jam and it’s barely left the cd player in my car.
  3. Spectral Dusk, Evening Hymns. I’ve had this record for awhile, but it just came out so I’ve been revisiting it. Soulful, haunting, tragic. This has soundtracked all my late night drives.

  4. Horsefeather. This is a classic cocktail composed of Rye Whisky (should be Old Overholt,) ginger beer, and bitters. Best served in a Mason jar.
  5. Roland Juno 6. I played this synthesizer at Black Lodge Studios in Eudora, KS, and I’ve been obsessed ever since. I WILL buy one of these (actually, probably the Juno 60 version) within a year.
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Cavale

Cavale – Le crocodile, les chouchous et le clitoris

Tout colle. Derrière la confortable banquette émeraude où elle est enfoncée, un crocodile coiffé d’un couvercle de vieille cafetière sur le crâne se donne des airs farceurs ou de joyeux touriste. A sa gauche, deux canards, empaillés comme lui, se disputent la porcelaine d’une tasse toute britannique. Le thé, qui aurait pu s’y trouver, doit…
Coming Soon - See me through

Au travers des Coming Soon

« On vient de trouver notre batteur et on a du faire quelques balances » s’amuse Billy Jet Pilot et nous, on retrouve les Coming Soon avec bonheur avec ce See me through chanté par Ben Lupus, toujours extrait de leur manifeste pop, Sentimental Jukebox paru sur leur label Kidderminster.
TINALS 2019

Ça c’est TINALS !

Qu’importe les ‘ronchondoillons’, le TINALS demeure le festival indé incontournable du début de l’été. Malgré le succès et les tentations que cela aurait pu entraîner, ce festival a conservé sa philosophie exprimée dans sa profession de foi : « une programmation dictée uniquement par les coups de cœur dans un cadre verdoyant. De la musique avant…

Plus dans Chroniques d'albums

The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…
Nadine Shah - Kitchen Sink

Nadine Shah – Kitchen Sink

Après avoir traité des problèmes géopolitiques mondiaux sur Holiday Destination, l’anglaise Nadine Shah change de braquet et décide de s’occuper d’elle et de la société anglaise. Sur ce quatrième et nouvel album, elle passe à la moulinette les défauts de la société anglaise et a écrit, inconsciemment, ses meilleures chansons.
Lane - Pictures of a Century

LANE – Pictures of a century

Le coup de poing musical de la semaine (ou du mois, voire de l’année) est signé LANE (pour Love and Noise Experiment). Avec dans ses rangs des anciens Thugs et des anciens DARIA, on savait que le niveau serait relevé. Il l’est tellement que les chansons de ce premier disque débordent dans notre salon et…

Manopolo – Billie

Premier EP pour le duo amiénois. Premier EP avec quatre morceaux qui allie la soul et le blues. Quatre morceaux écrits pendant le premier confinement. Quatre morceaux qui sont autant de rêves éveillés.
Built to Spill - Built to Spill plays the songs of Daniel Johnston

Built To Spill – Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston

Doug Martsch a toujours été un immense fan de feu Daniel Johnston. Il reprenait, dès 1994, les chansons de ce dernier avec la première version de Built To Spill. En 2017, l’agent de Daniel Johnston proposa à Martsch que BTS soit son backing band. L’affaire fut conclue. En trois ans, beaucoup de choses se sont…

Jehnny Beth – To love is to live

Et entre les deux, la rage. Entre un S et le verbe aimer. La rage, en forme d’apostrophe impossible, quand les deux ne veulent pas se coller. S’aimer, pourtant. To love is to live, comme l’annonce Jehnny Beth. Vivre. Aimer. Vivre et puis aimer. S’aimer peut-être, s’aimer enfin, tant ses chansons prennent la forme d’un…