Maria Rockmore

Maria Rockmore est la programmatrice rock&roll du Clacson, indispensable et dynamique salle de concert en périphérie de Lyon à Oullins avec très prochainement l’arrivée du métro.

  1. Ty Segall BandSlaughterhouse :
    Cet album est une petite merveille garage. Ty Segall s’éloigne de ses prod’ plus pop et revient à ses amours bruitistes mais toujours aussi tubesques. A seulement 25 ans, c’est un compositeur incroyable. Vu au Binic Festival cet été, il draine un public hystérique. J’ai hâte de le voir au Clacson en novembre.

  2. Here We Go Magic : toute la discographie !
    J’étais totalement passée à côté. Je ne suis globalement pas très « pop » mais ce projet fait parti des groupes qui me happent complètement. J’adore cette tristesse douce-heureuse qui traîne dans chacun des titres. Tout est extrêmement ciselé et en même temps très simple, ce qui donne à leur musique comme à leurs textes une proximité très forte avec l’auditeur.
  3. Cloud NothingsAttack on memory :
    Je ne sais pas trop où classer ces mecs qui ressemblent à un groupe de lycéens geeks. Leur dernier album comporte des morceaux pop punk très courts, des choses plus noise et sombres, des titres qui s’étirent… mais le tout fonctionne extrêmement bien. Sous ses faux air de teenagers, c’est un excellent groupe, autant sur disque que sur scène.

  4. K-HolesWindow in the wall sur l’album Dismania.
    Histoire d’amour et abus de drogues ne font pas bon ménage !
    Le terme « k-hole » est utilisé pour décrire un état de modification de la conscience suite à la prise de ketamine. Le groupe vient de NY et en effet, leur dernier album transpire les trottoirs sales et poisseux de la grosse pomme. Ambiance punk / no wave dégoulinant, qu’un sax vient un peu aérer. Rien de nouveau sous le soleil de satan, mais un très bon album.

  5. Stand on the world des Joubert Singers (original et remix)
    Pour se réveiller le matin, faire le ménage, marcher dans la rue, être le roi du monde le temps d’un dancefloor… ça marche pour tout !

Coming Soon

Sur SK, on aime beaucoup le gang Coming Soon dont on attend avec impatience le troisième album et plein de bonnes choses pour la rentrée.

  1. Destiny’s ChildSurvivor, pour la vitalité du groupe le plus légendaire qui a jamais existé.
    http://www.youtube.com/watch?v=NorDwm8wk5s
  2. Motors de Rob sur la bande originale de Belle Epine. Le climat de ce morceau est magnifique. Le moteur s’allume et en une seconde on est projeté dans le souvenir du film.
  3. Polymorph, la face B du White Math EP de Blanck Mass, projet solo de la moitié de Fuck Buttons : c’est puissant, vibrant, hypnotique – comme si les machines avaient une vie propre.
    http://www.youtube.com/watch?v=u2_oTF8gN0Y
  4. Father Time par Animal Collective, à écouter le matin en se réveillant. La catch phrase criée par Avey Tare « longtime ago » et la masse sonore ultra organique derrière sont parfaitement jouissives sous le soleil.
  5. Tout l’album Back From The Brink de l’iranien Kourosh Yaghmaei. La réédition rock la plus excitante depuis les compilations Ethiopiques.

Adam Cotton

Adam Cotton est canadien, il chante du côté de Toronto.

  1. Deep River by Marian Anderson
    Although I don’t subscribe to the “specious garb of religion,” this anonymous African American spiritual about the longing for emancipation is heart breaking. A great song for the beach !

  2. Waly Waly arranged by Benjamin Britten, and sung by Kathleen Ferrier.
    I love this song because it describes a total reversal of what you thought to be reality. In this case, love.

  3. Erbarme dich, mein Gott by Johann Sebastian Bach, sung by Kathleen Ferrier.
    I can’t describe why I love this.
    http://www.youtube.com/watch?v=UdX6cZlB7RQ
  4. Piano Concerto No. 2 in F Major, Op. 102: II. Andante by Dmitri Shostakovich.
    Since I just moved to a new town, and I don’t know anyone, and I hate bars and parties, this has added a little human touch to my summer.

  5. Romance in Durango by Bob Dylan.
    When I feel like drinking a bottle of scotch, I listen to this.
    http://www.youtube.com/watch?v=q2eYhJjgVZM

Turner Cody

Turner Cody voyage, chante, boit, un hobo toujours sur la route.

My Top 5 of the summer :

  1. Take the A Train by Duke Ellington.
  2. &
  3. Sleeping is the Only Love and The Farmer’s Hotel by The Silver Jews,
    http://www.youtube.com/watch?v=UVwamE7t_YQ
  4. Metropolitan (film) by White Stillman,
    http://www.youtube.com/watch?v=Rg_xwMHCMP4
  5. Light in August (book) by William Faulkner.
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Cavale

Cavale – Le crocodile, les chouchous et le clitoris

Tout colle. Derrière la confortable banquette émeraude où elle est enfoncée, un crocodile coiffé d’un couvercle de vieille cafetière sur le crâne se donne des airs farceurs ou de joyeux touriste. A sa gauche, deux canards, empaillés comme lui, se disputent la porcelaine d’une tasse toute britannique. Le thé, qui aurait pu s’y trouver, doit…
Coming Soon - See me through

Au travers des Coming Soon

« On vient de trouver notre batteur et on a du faire quelques balances » s’amuse Billy Jet Pilot et nous, on retrouve les Coming Soon avec bonheur avec ce See me through chanté par Ben Lupus, toujours extrait de leur manifeste pop, Sentimental Jukebox paru sur leur label Kidderminster.
TINALS 2019

Ça c’est TINALS !

Qu’importe les ‘ronchondoillons’, le TINALS demeure le festival indé incontournable du début de l’été. Malgré le succès et les tentations que cela aurait pu entraîner, ce festival a conservé sa philosophie exprimée dans sa profession de foi : « une programmation dictée uniquement par les coups de cœur dans un cadre verdoyant. De la musique avant…

Plus dans Chroniques d'albums

The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…
Nadine Shah - Kitchen Sink

Nadine Shah – Kitchen Sink

Après avoir traité des problèmes géopolitiques mondiaux sur Holiday Destination, l’anglaise Nadine Shah change de braquet et décide de s’occuper d’elle et de la société anglaise. Sur ce quatrième et nouvel album, elle passe à la moulinette les défauts de la société anglaise et a écrit, inconsciemment, ses meilleures chansons.
Lane - Pictures of a Century

LANE – Pictures of a century

Le coup de poing musical de la semaine (ou du mois, voire de l’année) est signé LANE (pour Love and Noise Experiment). Avec dans ses rangs des anciens Thugs et des anciens DARIA, on savait que le niveau serait relevé. Il l’est tellement que les chansons de ce premier disque débordent dans notre salon et…

Manopolo – Billie

Premier EP pour le duo amiénois. Premier EP avec quatre morceaux qui allie la soul et le blues. Quatre morceaux écrits pendant le premier confinement. Quatre morceaux qui sont autant de rêves éveillés.
Built to Spill - Built to Spill plays the songs of Daniel Johnston

Built To Spill – Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston

Doug Martsch a toujours été un immense fan de feu Daniel Johnston. Il reprenait, dès 1994, les chansons de ce dernier avec la première version de Built To Spill. En 2017, l’agent de Daniel Johnston proposa à Martsch que BTS soit son backing band. L’affaire fut conclue. En trois ans, beaucoup de choses se sont…

Jehnny Beth – To love is to live

Et entre les deux, la rage. Entre un S et le verbe aimer. La rage, en forme d’apostrophe impossible, quand les deux ne veulent pas se coller. S’aimer, pourtant. To love is to live, comme l’annonce Jehnny Beth. Vivre. Aimer. Vivre et puis aimer. S’aimer peut-être, s’aimer enfin, tant ses chansons prennent la forme d’un…