Viens voir les musiciens…

Le Caravage - Les musiciens
Guimauve - 02/09/2012

Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne est journaliste musical au Petit Bulletin et à Lyon Capitale.

  1. Citizens!Caroline (sur Here We Are/Kitsune)
    Les Citizens! sont peut-être les Drums de 2012. Même manières cintrées, même inspiration de clips en appartement, mêmes allures de premiers de la classe reclassés The Kooples (chemises boutonnée sous la pomme d’Adam et pantalons feu-de-plancher), même coupes de cheveux « mon coiffeur était dans la Wehrmacht », même accointance pour la mélodie qui tue et rappelle le bon vieux temps où la pop s’appelait Sarah (Records). Sauf qu’ici, elle s’appelle « Caroline ». Du penchant surf-music de The Drums, Citizens! n’a gardé que le prénom beach boyien, qui a donné tant de tubes à la pop mondiale. Et pan, dans le mille, on a envie d’embrasser toutes les Caroline et de les garder ensuite comme Best Friend.

  2. Jonathan KeevilBlind, Deaf too (sur Bellflower Soundtrack/Oscilloscope)
    Les chansons de Jonathan Keevil rythment la BO du film indépendant Bellflower l’un des plus beaux films de l’année. Entre la cohérence avec son sujet du score d’Eddie Vedder pour Into the Wild et les grâces folk de l’acteur John Hawkes dans Martha Marcy May Marlene (« Marcy’s song » ) l’autre choc indépendant de l’année, et Winter’s bones (« Bread & Buttered »). Petit bijous de folk aux poches retournées, Blind, Deaf Too est un arrache-coeur qui commence par une remontée acide bien caverneuse façon « Rote & folk ».

  3. Los WeedsBrian Jones (sur Los Weeds)
    Un groupe mexicain qui rend hommage à Brian Jones est forcément armé des meilleures intentions, c’est-à-dire, dans leur cas, des plus mauvaises. Le chanteur a le charisme des petites frappes aux bottes sales d’outre Rio Bravo qui abusent de la soupe au peyotl et le résultat est terriblement psychotrope. Difficile de passer à autre chose quand on est tombé sur ce titre qui sent la weed, la tequila et le rock psychédélique. La fusion à très hot température de Calexico et Brian Jonestown Massacre.

  4. Dale Earnhardt Jr JrIt’s a corporate world (Warner/WEA)
    Pour l’hommage ironique à la dynastie des Dale Earnhardt père et fils, pilotes de Nascar cultes aux USA, et les combinaisons de pilotes trop grandes. Derrière ça de pures chansons pop jouées à deux dans un esprit très bricoleur, comme des Beach Boys poussés dans le cambouis du garage de Grandaddy (« Nothing but our love »), les riffs panafricains à la mode (« Vocal Chords ») et les claviers démodés de Supertramp (« We almost lost Detroit »).

  5. GrimesOblivion (sur Visions/4AD)
    Il se dégage de cette Laura Ingalls tombée du vide-ordure de Cindy Lauper, la naïveté tout en contrôle du DIY et de quelque gargouille d’obsession médiévale. Ses pochettes et le clip de l’obsédant Oblivion ne ressemblent à rien, mais la Boucher (son nom) de Vancouver à la voix Claire (son prénom) a le charme de tout ce qui est dangereusement vénéneux.

François Audigier

François Audigier est responsable de la Pépinière de Mai à La Coopérative de Mai à Clermont-Ferrand.

  1. ChromaticsKill for love, sûrement un des albums de l’année. Ce disque s’ouvre par une reprise de Neil Young et nous emmène loin mais vraiment loin.

  2. Mr NôVersus EP, Ce disque sera le EP électro de votre été !!!!

  3. Alt-JAn Awesome Wave, Vous connaissez surement tous, donc vous savez pourquoi on ne peut passer à côté de cet incroyable disque…

  4. DiploExpress Yourself Ep, Parfait pour l’été, ce EP mettra le feu à tous les barbecues et divers fêtes de piscine de qualité.

  5. Die AntwoordTen$ion, Même si cet album est moins bien que le précédent, ce groupe white trash de hip hop sud africain reste toujours aussi efficace.

Cédric Rassat

Cédric Rassat est scénariste de bandes dessinées, il a reçu avec Raphaël Gauthey le grand Prix Lyon BD 2011 pour On dirait le sud, La malédiction du Titanic avec Emre Orhun est sorti en mars dernier, les planches de l’ouvrage seront exposées à la galerie l’Antilope (99 rue Bossuet à Lyon (6e)) à partir du 14 septembre ; mélomane éclairé, il a été rédacteur en chef du magazine Eldorado.

  1. Alabama ShakesBoys And Girls (Rough Trade)
    C’est probablement le disque qui m’a le plus accroché, ces derniers mois. Il s’agit du premier album d’un groupe de gamins d’Alabama qui jouent une country-soul vibrante et recyclant brillamment l’héritage des studios légendaires de Muscle Shoals. L’album n’est pas parfait, mais il contient tout de même quelques grandes chansons comme « Heartbreaker », « Rise To The Sun » ou « I Found You ». Et puis ce disque révèle aussi le talent stupéfiant de la chanteuse Brittany Howard, dont la voix me rappelle un peu celle de Janis Joplin.

  2. Lee HazlewoodThe LHI Years: Singles, Nudes & Backsides (1968-71) (Light In The Attic)
    Cette compilation est géniale parce qu’en plus de remettre en lumière l’une des meilleures périodes de la discographie de Lee Hazlewood, elle permet de redécouvrir des morceaux (comme ceux de Cowboy In Sweden, par exemple) qui avaient été plutôt mal servis lors de leur premier passage au format CD. Pour ce disque, les gens du label Light In The Attic sont donc partis des bandes originales et ne se sont pas contentés de transférer le vinyle sur CD, comme ça avait été le cas pour les premières rééditions de Lee Hazlewood chez Smells Like à la fin des années 90. En plus, la track list a été remarquablement pensée, ce qui permet au disque de s’écouter d’une seule traite, comme un album normal.

  3. Sir Richard BishopPolytheistic Fragments (Drag City)
    J’ai vu Richard Bishop en concert au Sonic, le mois dernier. Avant cela, je ne connaissais que The Freak Of Araby, son disque de 2009. Polytheistic Fragments est l’album qui l’a précédé. Il est plus proche de l’esprit de musiciens comme John Fahey ou Robbie Basho. Il s’agit d’une musique à la fois très folk, très expérimentale et toujours ouverte sur le monde.

  4. My Bloody ValentineEP’s 1988-1991 (Sony)
    Cette compilation des premiers EP’s de My Bloody Valentine était attendue depuis près de vingt ans et permet de se replonger dans la partie la plus méconnue de cette œuvre visionnaire qui apparaît de plus en plus (à mes yeux, en tout cas) comme l’une des pierres angulaires de la pop moderne.

  5. Elvis PresleyFrom Elvis In Memphis (RCA)
    Dernièrement, j’ai eu envie de racheter certains de mes albums préférés en vinyle. From Elvis In Memphis est l’un de ceux-là et je le réécoute donc beaucoup depuis quelques temps. Pour moi, il s’agit clairement du sommet de la carrière d’Elvis.

Zak Laughed

  1. William ShellerEn Solitaire
    Ma grande activité du moment est de compiler de grandes chansons francophones pour une amie australienne qui étudie en France. J’ai redécouvert à cette occasion ce disque live de William Sheller qui lui avait valu à l’époque un succès publique assez conséquent et pour une fois, c’est vraiment justifié.Les chansons sont réellement magnifiques et notamment Basket-Ball que je trouve bouleversante.

  2. Dr. DogPassed Away Vol. 1
    Je peux maintenant l’écrire : Dr. Dog est bien mon groupe préféré de tout les temps sans aucun autre égal sur la scène indie rock américaine actuellement. J’ai tellement écouté leurs 5 disques « officiels » ces dernières années que je me suis plongé,en quête de «nouveauté »,dans cette compilation de démos et autres enregistrements plus lo-fi qu’a l’accoutumé. Au final le résultat est toujours le même: Dr. Dog, en été comme en hiver, ça reste le meilleur antidote a l’emmerdement généralisé et une formidable usine à tubes classic rock.

  3. Sam CookeLive at the Copa
    Sorte de complément au mythique Live at Harlem Square Club, ce live c’est Sam Cooke qui n’a jamais aussi bien chanté avec un groupe aussi parfait (entre calypso, country et soul) et surtout une compilation sur le vif de quelques unes des chansons les plus sublimes (Try a Little Tenderness) contestataires (If I Had a Hammer) et euphorisantes (Twistin the Night Away) de l’époque.
    http://www.youtube.com/watch?v=wqyD0uMqiA8
  4. Minus StoryNo Rest For Ghosts / Live at Schubas
    Minus Story est le premier groupe de l’ami Jordan Geiger,aujourd’hui tête pensante d’Hospital Ships. C’est un groupe devenu assez culte bien que peu connu, avec des musiciens vraiment singuliers. J’écoute très régulièrement leur chef d’oeuvre de 2005 No Rest For Ghosts, un album d’indie rock sombre mais magnifique,très aventureux et intense tout en ayant des chansons extrêmement bien écrites. Récemment j’ai aussi découvert un live Live at Schubas (uniquement disponible sur les plateformes de streaming ) vraiment très très impressionnant d’intensité et de cohésion. Je trouve que c’est un très grand groupe sous-estimé.

  5. The WailersCatch a Fire
    C’est l’été, Bob Marley est de sortie,ses chansons éternelles aussi.

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Terry Hall - Home

Terry Hall – Home

Le Disquaire Day est reporté au 20 juin 2020 pour les raisons que nous connaissons tous. Heavenly Recordings, le label de Jeff Barrett, devait publier la première édition vinyle de Home de Terry Hall. Publié uniquement en CD en 1994 chez Anxious Records, le label de Dave Stewart d’Eurythmics, Home est un grand disque de…

Pearl Jam - Gigaton

Pearl Jam – Gigaton

Au début des années 1990, Pearl Jam faisait la passe de trois avec ses trois premiers albums (Ten, Vs. et Vitalogy). Trois albums, trois grands disques de rock américain. Depuis l’arrivée des années 2000, Pearl Jam a réussi l’exploit de sortir des disques plus que corrects mais enrubannés dans des pochettes giga laides. Le dernier…

Baxter Dury - The Night Chancers

Baxter Dury – The Night Chancers

La carrière de Baxter Dury a débuté en 2001 avec Oscar Brown, un single magistral et claustrophobe. Elle aurait dû connaitre son acmé avec trois concerts parisiens trois soirs d’avril qui devaient accompagner la sortie de The Night Chancers. Le sacre du fils prodigue est reporté.

Cornershop - Engaland is a Garden

Cornershop – England is a Garden

Révélés au grand public en 1997 par le très dansant Brimful Of Asha (deuxième morceau de l’impeccable When I Was Born For The 7th Time), les Cornershop ont depuis enchaîné des phases de silence prolongé entrecoupées par des sorties de disques brillants. Cornershop n’est pas un groupe qui tourne beaucoup. Par contre, leurs disques tournent…

Bleu – Sweet Coldness

Sweet Coldness est un instant entre deux. C’est la musique d’une chambre d’hôtel. D’un regard. D’une fenêtre. Confiné là, c’est la couleur du dehors. Entre gris, entre bleu. Ça oscille. Et de nouveau, il pleut. C’est une attente. Lascive. À compter le temps qu’il reste. À imaginer un peu tout, la suite en mieux.

Honey Harper - Starmaker

Honey Harper – Starmaker

Rien ne va dans le monde mais tout va bien en Georgie qui est en passe de devenir l’État le plus important des États-Unis. Après le Super Tuesday, après la reformation des Black Crowes, le quatrième état américain fêtera la sortie de Starmaker, le premier album d’Honey Harper.

The Orielles - Disco Volador

The Orielles – Disco Volador

Le label Heavenly Recordings (Saint Etienne, Mark Lanegan) fête dignement ses trente ans avec la sortie de Disco Volador, le deuxième disque des Orielles qui, on le souhaite, ne sera pas leur second.

Greg Dulli - Random Desire

Greg Dulli – Random Desire

Greg Dulli n’a jamais déçu. Que ce soit avec les Afghan Whigs ou The Twilight Singers ou encore avec Mark Lanegan le temps de The Gutter Twins. Ce n’est pas avec son premier album solo que la déception va pointer le bout de son nez.

Pictish Trail – Thumb World

L’Écossais Johnny Lynch aka Pictish Trail est tellement fou qu’il ferait passer son compatriote Steve Mason (The Beta Band) pour quelqu’un de totalement ennuyeux. La preuve avec Thumb World, son nouvel album.

The Lost Brothers - After The Fire After The Rain

The Lost Brothers – After The Fire After The Rain

Encensés par Richard Hawley, produits par Brendan Benson (The Raconteurs) et amis de M. Ward, les Lost Brothers ont tout pour réussir. Si c’est le cas au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis (où ils vont assurer la première partie de M. Ward lors de sa prochaine tournée), fort est de constater que la greffe ne prend…

Humanist – Humanist

Il y a Rob Marshall et les autres. Pour son premier disque solo, l’ex Exit Calm réussit l’exploit de réunir une douzaine de chansons belles à tomber à la renverse avec un casting qui donne le tournis. Humanist est un coup de foudre. Et comme pour Lucien Leuwen de Stendhal, Humanist est un coup de…

Destroyer - Have We Met

Destroyer – Have We Met

Il y a neuf ans, l’ex The New Pornographers Dan Bejar publiait Kaputt un disque somptueux qui avait le mérite d’unir les fans irréconciliables de New Order et de Prefab Sprout. Au lieu de capitaliser sur ce succès, Bejar nous a plongé dans une pop magnifique mais dépressive pendant deux albums. Have We Met sonne…

Andy Shauf - Neon Sklyline

Andy Shauf – The Neon Skyline

En mai 2016, Andy Shauf avait tué toute la concurrence en publiant The Party. Il recommence en janvier 2020 avec The Neon Skyline.

Isobel Campbell- There Is No Other

Isobel Campbell – There Is No Other

Pour un retour inespéré, c’est un retour inespéré. L’ex Belle and Sebastian n’avait pas donné de nouvelles depuis dix ans. Elle est de retour avec There Is No Other, un disque impeccable.

East Village - Hotrod Hotel (2)

East Village – Hotrod Hotel

Michael Schulman, le patron de Slumberland Records (Tony Molina, Pete Astor, Veronica Falls pour ne citer qu’eux) se fait plaisir en rééditant Hotrod Hotel.

Bill Fay - Countless Branches

Bill Fay ‎– Countless Branches

Adulé par les membres de Wilco et de War On Drugs, vénéré par Jim O’Rourke et Ed Harcourt, Bill Fay est définitivement sorti de sa retraite à l’âge de 76 ans avec la sortie de Countless Branches.

Alma Forrer - L'année du loup

Alma Forrer – L’année du loup

« J’ai envie de toi » chante Alma Forrer dans N’être que l’hiver qui ouvre son premier album L’année du loup et à son écoute nous avons aussi terriblement envie d’elle, de ses chansons entre folk américain et variété française au sens le plus noble.

Field Music - Making A New World

Field Music – Making A New World

Si Oasis et Radiohead n’avaient pas existé…. Si les Foals et les Coral n’avaient pas existé… Les Field Music seraient sûrement le groupe anglais le plus influent et le plus médiatisé de ces quinze dernières années.

The Electric Soft Parade - Stages

The Electric Soft Parade – Stages

Retour inattendu (et inespéré) des frères White ! Les Electric Soft Parade ouvrent le bal des sorties de 2020 et mettent d’emblée la barre très haute.